Logo Oldecoy © Vincent Proust création

Old …quoi ? OLDECOY !

La contraction de "old", ancien et de "decoy", leurre en anglais. Oldecoy.com est un site dédié aux appelants anciens, à leur restauration, mais également à tout ce qui tourne autour : histoire, collection, exposition, livre, artiste, vente, échange… Une atelier-boutique ouvert à tous les passionnés.

Old… what ? Oldecoy !

The contraction of "old" and "decoy". Oldecoy.com is a site dedicated to the old decoys, their restoration, but also to all that revolves around : history, collection, exhibition, book, artist, sale, exchange...

A worker-shop open to all the enthusiasts.

du nouveau
sur les appelants italiens et
leurs histoires 

 

NEW BOOK ON ITALIAN DECOYS AND THEIR STORIES

Livre_Italian Hunting Decoys_Couv.png
Couverture de la version anglaise / Front cover of the English version

    Récemment paru (2019), ce livre est co-écrit par trois passionnés, Roberto Basso (Directeur du Museum d'histoire naturelle de Jesolo), Ercole Gusberti et Andrea Turchetto. Il en existe une version en italien et une version en anglais qui rend le contenu accessible au plus grand nombre.

    L'ouvrage commence par un historique sur les appelants, des origines à nos jours, avant de présenter par régions les grands faiseurs italiens et leurs créations. On y découvre des merveilles d'innovations comme les canards à deux faces de Giovanni Simonin, ou ceux en roseaux de Luigi Tolotti. Appelants d'anatidés et de limicoles, c'est un vrai festival de créations italiennes de célèbres faiseurs comme d'anonymes de cet art populaire qui se déroule tout au long de ces 300 pages.

    Recently published (2019), this book is co-authored by three enthusiasts, Roberto Basso (Director of the Natural History Museum of Jesolo), Ercole Gusberti and Andrea Turchetto. There is a version in Italian and an English version that makes the content accessible to a large number of people.

    The book begins with a history of decoys, from their origins to the present day, before presenting the great Italian manufacturers and their creations by region. We discover marvels of innovation such as the two-sided ducks of Giovanni Simonin, or those made of reeds by Luigi Tolotti. Calls of anatidae and limicolae, it is a true festival of Italian creations of famous makers as well as anonymous of this popular art that unfolds throughout these 300 pages.

 

Pour se procurer le livre

Son prix  est de 60 euros hors port. 

Le coût d’expédition par UPS est de 15 euros pour les pays suivants : D-FR-B-NL-A-GB-ES-DK-PT-EL.

Contact :  andrea@perleavenezia.com

https://www.perleavenezia.com/en/shop/retail/books/italian-hunting-decoys-history-and-carvers-english-language-version-r-basso-e-gusberti-a-turchetto-antiga-publisher-pp-304/

Descriptif du livre :  format 210x297mm - 304 pages impression en quadrichromie - Dos carré cousu collé - Couverture carton péliculage mat - Poids  : 1730 gr.

Version anglaise ou italienne

to get the book

The price is 60 euros excluding shipping. 

The shipping cost by UPS is 15 euros for the following countries: D-FR-B-NL-A-GB-ES-DK-PT-EL.

Contact: andrea@perleavenezia.com

https://www.perleavenezia.com/en/shop/retail/books/italian-hunting-decoys-history-and-carvers-english-language-version-r-basso-e-gusberti-a-turchetto-antiga-publisher-pp-304/

 

Description of the book: format 210x297mm - 304 pages - Four color printing - Square back - glued sewn - Cardboard cover - weight : 1730 gr.

English or Italian version

Livre_Italian Hunting Decoys_DP1.png

Naissance

d'une passion

par Roberto­­ Basso

 

    Ma première rencontre avec les appelants a eu lieu en septembre 1974, alors que j'avais à peine plus de seize ans. Je venais de recevoir mon permis de chasse tant désiré - "à l'époque où les mineurs pouvaient l’obtenir avec le consentement de leur père"- et j'accompagnais Raffaele Caggiano, célèbre taxidermiste de Turin et "chasseur de canards". Nous nous rendions aux rizières de Vercelli, et plus précisément à la ferme de Cascina San Giovanni, à Bianze. Dans une cabane située dans l'une des nombreuses aires de piégeage de ce vaste territoire, je remarquais, parmi les différents leurres en plastique de canards et d'échassiers, un modèle en bois de vanneau. Je l'examinais longuement, le retournant plusieurs fois ; il était bien fait et bien proportionné, même s'il était un peu victime temps. J'étais tellement fasciné par cet objet que j’ai demandé si je pouvais le garder, ce qui m’a été accordé. Je l'ai ramené chez moi, et pendant des années, il est resté sur une étagère de ma chambre, exposé parmi de nombreux autres vieux objets et curiosités liés à l'Ars Venandi.

    Plus tard, j'ai rencontré Giovanni Audino, garde-chasse de Livorno Ferraris, avec qui je suis devenu ami. à ma grande insistance, il a réussi à me trouver d'autres leurres d'anatidés et de limicoles. Puis j'ai rencontré les frères Badealupo de Turin, chasseurs de métier bien connus, très habiles à tendre des filets et grands siffleurs - ou, plus exactement imitateurs de cris d'oiseaux. Ils m'ont également donné des leurres en bois de canards et d'échassiers, probablement d'origine toscane.

    à la fin des années 1970, j'avais déjà rassemblé une petite collection de ces objets fascinants et bien usés. à partir de là, je n'ai eu de cesse de les chercher et de les cataloguer. Je dois reconnaître qu'il y a eu un grand saut, tant dans la connaissance que dans l'accroissement de ma collection lorsque, en 1995, j'ai obtenu le poste de directeur du Musée Civique d'Histoire Naturelle du Delta du Pô, dans la province de Ferrare. La proximité de Comacchio et de toutes les zones humides de la région de Ferrare et de Ravenne m'a permis de collecter et d'examiner un grand nombre de spécimens. Mon cher ami et regretté Arturo Gramigna - "Arturino pour les intimes" - m'a été d'une grande aide. Il avait énormément de souvenirs et d'expériences de la chasse à Mezzano avant l'assainissement des marais, ce qui m'a aidé à comprendre les concepts fondamentaux de la production et de l'utilisation des appelants dans les vallées de la région de Ferrara.

    C'est ainsi que de 1995 à 2001, le Musée civique d'histoire naturelle du delta du Pô, est devenu le premier musée en Italie à disposer d'un espace entièrement dédié à l'exposition et à l'étude des appelants. Durant ces années, j'ai réalisé de nombreuses publications et articles approfondissant le sujet. Bientôt, le musée est devenu un lieu de rencontre pour les plus grands passionnés italiens et internationaux, qui pouvaient ainsi s'y rencontrer et, surtout, y échanger informations et matériel. 

    Parmi ces personnes, il est impossible de ne pas se souvenir, avec une amitié et une admiration sincères, du Professeur Orio Ciferri et de son épouse Paola, du Docteur Ercole Gusberti, du Docteur Marco Antonetto, du Docteur Rene Honegger, Aldo Cereda et de beaucoup d'autres. à cette époque, il était encore possible de récupérer auprès des anciens chasseurs, des appelants et d'autres objets liés aux traditions et à l'artisanat de la chasse. Cela a suscité un grand enthousiasme et un intérêt croissant de la part des collectionneurs, pionniers de l'époque. 

    Je tiens à souligner que M. et Mme Ciferri ont été les premières personnes en Italie à publier deux ouvrages sur le thème des appelants anciens italiens. Nous pouvons, à juste titre, les considérer comme les pionniers d'une collection plus cultivée,

plus cultivée et plus soignée, comme le montre le classement des appelants selon leur zone d'origine et leur producteur. Leur première publication, "Anatre da Richiamo - Duck Decoys", parue en 1993, est un livre de 142 pages publié par BE-MA Editrice, rempli d'illustrations, d'anecdotes et de références à ces objets fascinants. Chaque légende, bien que concise, est accompagnée d'une traduction en anglais. En 2005, ils ont fait suivre cet ouvrage d'une version plus complète et plus soignée, tant sur le plan du contenu que de la forme. Elle a été publiée par les Edizioni Formagrafica et s'intitule : " Sculture Galleggianti - Bird Decoys of ltaly", un livre qui ne peut que susciter la curiosité et l'intérêt de ses lecteurs. L'ouvrage comporte 126 pages, également traduites en anglais.

How a passion

is born

by Roberto­­ Basso

    My first encounter with hunting decoys was in the September of 1974, when I was little more than sixteen years old. I had just received my much-desired hunting license - "at the time, even minors could obtain a license with their father's consent" - and I went along with the then well-known taxidermist and "duck hunter" from Torino, Raffaele Caggiano, to the Vercelli rice fields, or more precisely to the farm of Cascina San Giovanni, in Bianze. In a hut in one of the many trapping areas in that vast territory I noticed, among the various plastic decoys of ducks and waders, a model of a lapwing made from wood. I examined it at length, turning it over several times; it was well-made and well-proportioned, even if it was a little discoloured from wear and the passing of time. I was so attracted to this object that, after having asked and obtained permission to keep it, I took it home with me. For years it stayed on a shelf in my bedroom, on display among the many other curious antique objects connected to the Ars Venandi.

   Later, I met and became friends with the gamekeeper in Livorno Ferraris, Giovanni Audino, who managed to find me more decoys of anatidae and waders, at my great insistence. Then I met the Badealupo brothers of Torino, well-known hunters by trade, who were very able net-hangers, as well as being great whistlers - or, more accurately, imitators of birdcalls. They too gave me some wooden decoys of ducks and waders, probably of Tuscan origin.

    And this was how, by the end of the 1970s, I had already gathered together a little collection of these well-worn, fascinating objects, and from then on I never stopped searching for them and cataloguing them. I must acknowledge that there was a great leap in both the awareness and growth of my collection when, in 1995, I obtained the post of Director of the Civic Natural History Museum of the Po Delta, in the Province of Ferrara. Our vicinity to Comacchio and all the wetlands of the Ferrara and Ravenna areas allowed me to collect and examine a large amount of material. My late, dear friend, Arturo Gramigna - "Arturino to his friends" - was of great help to me. He was füll of memories and direct experience of hunting in Mezzano before the reclamation of its marshland, and this helped me to understand the fundamental concepts of the production and use of decoys in the valleys of the Ferrara area.

    This is how the Civic Natural History Museum of the Po Delta, from 1995 until 2001, became the first museum in Italy to have an area completely dedicated to the display and study of hunting decoys. During those years, I produced many publications and articles exploring the topic in depth. Soon, the museum became a location for gatherings of the top enthusiasts and followers of the subject, both Italian and international, who could meet each other there, and most importantly exchange news and materials.

    Among these people, it is impossible not to remember with sincere friendship and admiration Professor Orio Ciferri and his wife Paola, Doctor Ercole Gusberti, Doctor Marco Antonetto, Doctor Rene Honegger, Aldo Cereda and many others. In those days it was still possible to recover decoys, and other objects connected to the traditions and craft ofhunting, directly from old hunters. This created great enthusiasm and a growing interest on the part of the pioneering collectors of the time.

    I feel the need to point out that Mr and Mrs Ciferri were the first people in Italy to publish two volumes on the subject of antique Italian decoys. We can rightly consider them the pioneers of a more cultured, careful collecting process, as is shown by their cataloguing of decoys according to their area of origin and their producers. Their first publication, "Anatre da Richiamo - Duck Decoys", released in 1993, is a 142-page book published by BE-MA Editrice, füll of illustrations, anecdotes and references to these fascinating objects. Every caption, though concise, comes with an English translation. In 2005, they followed this with a more complete and curated work, both in content and appearance - it is beautifully bound in hardback with a jacket. lt was published by Formagrafica Edizioni and entitled "Sculture Galleggianti - Bird Decoys ofltaly", and is a publication that can't help but arouse curiosity and interest in its readers. Tue work contains 126 pages, also translated into English.

 

Livres_Italian.png

préface

par Ercole Gusberti

 

        Automne 2001. à cette époque, ma femme Jo et moi avions l'habitude de passer quelques jours de détente à Venise, début novembre. Il y avait peu de touristes, et la ville était enchanteresse dans la brume d'automne. Mais cette année, lorsque nous avons débarqué à Burano, nous attendions l'heure du déjeuner au restaurant "Ai Pescatori". Nous sommes entrés dans une boutique d'artisanat local tenue par les D'Estes, et tandis que ma femme admirait la dentelle, je me suis laissé séduire par un canard en bois exposé dans une vitrine. Je l'ai acheté. L'année suivante, même magasin, encore deux autres canards. Puis, j'ai découvert par hasard dans une librairie de Milan le premier livre d'Orio Ciferri et c'est ainsi que j'ai été initié au monde des appelants. à partir de ce jour, ce fut une course effrénée : Orio et Paola Ciferri, Roberta Basso, Giovanni et Luciano Simoncin, Paolo Tolotti, Rene Honegger, le monde des appelants américains, les excursions en France à la recherche d'appelants, et bien d'autres choses encore. Puis, après une période de collection internationale, j'ai commencé à me concentrer sur les appelants italiens, en particulier sur ceux que Mazzotti définirait comme les leurres de la pauvreté, à savoir, les leurres en roseau, mais qui à mes yeux étaient fascinants. Et enfin, ma curiosité pour l'histoire des leurres a donné lieu à un essai récemment publié sur : www.allector.com.

preface

by Ercole Gusberti

    Autumn 2001: in this period my wife Jo and I often used to spend a few days relaxing in Venice at the beginning of November: there were few tourists, and the city was enchanting in the autumn mist. But that year, when we disembarked in Burano, we were waiting for lunchtime at the restaurant "Ai Pescatori".

We entered a local craft shop run by the D'Estes, and while my wife admired the lacework, I let myself be

enticed by a wooden duck displayed up high above a cabinet. I bought it. Tue year after, same shop, another two ducks. Then, there was the chance discovery of Orio Ciferri's first book on duck decoys in a Milan bookshop, and with that I was initiated into the world of decoys. From that day on it was a wild ride, with no brakes: Orio and Paola Ciferri, Roberta Basso, Giovanni and Luciano Simoncin, Paolo Tolotti, Rene Honegger, the world of American decoys, the excursions to France in search of appelants, and much more.

    Then, after a period of collecting internationally, I started concentrating on ltalian decoys, particularly on those that Mazzotti would define as the decoys of poverty, but that to my eyes were fascinating: namely, decoys made from reeds. And finally, my curiosity for the history of decoys resulted in an essay recently published on : www.allector.com.

Livre_Italian Hunting Decoys_DP3.png

préface

par Andrea Turchetto

 

    J'ai eu la chance d'avoir un père chasseur de canards qui m'a transmis, dès mon plus jeune âge, l'amour des zones humides de la Lagune de Venise, du Frioul et de la Romagne. Plus tard, à l'adoles-cence, il m'emmenait à la "botte" et à la "coveia", des caches typiques de la lagune vénitienne. J'allais partout avec lui : dans les armureries et chez les fabricants de bateaux de chasse, jusqu'au jour où, durant l'été 1975, il m'emmèna commander son nouveau jeu d’appelants chez le célèbre fabricant de leurres Giovanni Simoncin. J'étais autant fasciné tant par la personnalité de "Nane" que par ses fidèles créations. J'ai immédiatement eu envie d’en fabri-quer moi-même et, lors de mes visites ultérieures, Nane m'a donné du liège, du bois et les principes de base pour démarrer cette aventure. Je n'ai pas fabri-qué beaucoup d’appelant, mais j'ai commencé à collectionner et à conserver tous ceux que je trouvais.     Un appelant réunit à la fois l'art, l'ingéniosité et un peu de l'âme de celui qui l’a fabriqué. Je ne peux pas prendre un appelant sans penser à celui qui l'a fait, comment il l'a fait et à quoi il pensait pendant sa cré-ation. Bien sûr, un appelant a aussi sa propre histoire, sa propre expérience. C'est quelque chose qu'il ne peut pas nous raconter, mais que nous, collection-neurs, aimons imaginer. Nous rêvons aux oiseaux qu'il a attirés, aux longues journées de soleil, de vent, de pluie et de neige qui l'ont usé. Ces dernières années, de nombreux appelants sont apparus sur le marché et leur comparaison nous a permis de mieux comprendre les styles liés aux différentes régions ou zones d'origine, et à certains faiseurs. Il reste encore beaucoup de choses à découvrir, et il serait utile d'avoir le soutien de tous les passionnés et de tous ceux qui pourraient avoir des nouvelles, des photos ou des souvenirs de famille susceptibles d'apporter certaines pièces manquantes du puzzle.

    J'ai également eu la chance d'avoir réussi à impliquer ma famille dans cette aventure d’une vie. Je leur dédie ce livre avec beaucoup d'affection.

preface

by Andrea Turchetto

    I was lucky enough to have a father who was a duck hunter, and from when I was very young, he passed on a love for the wetlands of the Venetian Lagoon and in Friuli and Romagna. Later, in adolescence, he would take me with him to the "botte" and "coveia", typical hides on the Venetian Lagoon. I went everywhere with him: to the armouries and to the makers of hunting boats, until one day in the summer of 1975 he took me to order his new decoy rig from the famous decoy maker Giovanni Simoncin. I was fascinated by both "Nane's" personality and his faithful creations. I was immediately seized by the desire to make decoys myself, and on subsequent visits, Nane gave me cork, wood, and the basic concepts to start my adventure. I didn't make many decoys, but I started to collect and save all the ones I found.

    A decoy brings together art, ingenuity, and a little bit of the soul of whoever made it. I can't pick up a decoy without thinking about who made it, how they made it and what they were thinking about during its creation. Of course, a decoy also has its own story, its own experience. This is something it can't tel1 us, but that we collectors like to imagine. We dream of the birds it has lured, the long days of sunshine, wind, rain and snow that have weathered it.

In recent years, many decoys have appeared on the market, and comparing them has allowed us to better understand the styles connected to different regions or areas of origin, and to some producers. There is still a lot to discover, and it would be useful to have the support of all the enthusiasts and anyone else who may have news, pictures, or family memories that could provide some of the missing pieces of the puzzle.

    I have also been lucky enough to have managed to involve and intrigue my family in this life-long

adventure of collecting, and I dedicate this book to them with much affection.

Livre_Italian Hunting Decoys_DP4.png
Logo Oldecoy © Vincent Proust création